Le QCM nouveau est arrivé!

Voici le QCM qui a été proposé à l’examen de ce mercredi 3 juillet 2024.

Je remercie évidemment tous les contributeurs qui m’ont permis de recomposer ce QCM le plus précisément possible.

Je vous ai mis 3 fichiers. Le QCM sans la correction, avec la correction et un fichier dans lequel j’ai fait des commentaires et quelques explications. 

Attention!! Ce n’est que MA correction et donc pas la correction officielle. Il peut y avoir des différences avec cette dernière. Ma correction ne présage donc pas de votre réussite ou non à l’examen, il vous faut attendre les résultats officiels bien sûr.

QCM du 3 juillet 2024
QCM du 3 juillet 2024 corrigé
Commentaires

Cet article a 24 commentaires

  1. Amélie

    Bonjour Marie-Pierre, merci énormément pour ta récap et aux candidats. Le DVA n’est-il pas seulement obligatoire en risque avalancheux?

    1. Noémie

      Bonjour Amélie, Il y a toujours un risque d’avalanche en montagne.
      Par contre est ce qu’il est obligatoire sur un itinéraire tracé, jalonné sur les stations de ski ??

      Nous n’avons pas tous le DVA sur nous sur les pistes de ski (en ski alpin), par contre il est obligatoire en tant que pro et pour les clients de l’avoir dès que nous sortons des pistes donc dès que l’on sort des itinéraires de raquette il n’y a pas de doute sur l’obligation.

      L’absence d’éléments concernant l’endroit dans la question peut prêter à confusion

      1. Luci-Lou

        Bonjour,

        Non, en dessous d’une certaine pente il n’y a pas de risque d’avalanche, une randonnée sur un plateau vallonnée avec uniquement des pentes faibles ne nécessite pas de DVA.
        Il est obligatoire lors de la FORMATION à l’UF2, mais rien n’indique qu’il est obligatoire sur le terrain avec des clients.
        Il l’est encore moins en général pour des particuliers. Donc selon la formulation de la question qui était générale, d’après moi il n’y a pas obligation à avoir un DVA en milieu montagnard enneigé, donc il ne fallait pas cocher cette case.
        C’est comme les questions sur l’interdiction d’aller en montagne avec un BERA indiquant un risque 5. ça serait irresponsable et insensé, mais légalement rien ne l’interdit

        1. Noémie

          Bonjour Luci-lou
          Si tu parles de la règle des 30° (qui est plutôt 28° d’ailleurs), n’est pas fiable en toutes circonstances. Le degré diminue en fonction de l’humidité de la neige.
          Et s’il y a de la propagation même sur le plat, tu peux déclencher une avalanche s’il y a de plus fortes pentes à proximité.
          Mais bref ça ne répond pas à la question initiale 😅

      2. Marie-Pierre

        Noémie, Luci-Lou,

        C’est l’éternelle question sans réponse du DVA obligatoire.
        Ça n’est écrit nulle part, dans aucun texte réglementaire à ma connaissance, que le dva est obligatoire , mais dans « obligation de moyens » que l’AMM doit mettre en oeuvre pour la sécurité de ses clients, est ce que l’idée que ça soit obligatoire n’est pas implicite ?
        Evidemment, ça parait loufoque d’équiper des gens de DVA sur une étendue de neige plane sans aucun danger. Moi la première, dans les Pyrénées Orientales, je n’utilise le triptyque qu’avec des clients aguerris et sur des terrains qui peuvent représenter un danger.
        En ce sens, je répondrais que ce n’est pas obligatoire.
        Mais quelle est la politique et le discours à tenir au sein des organismes de formation, en fait, je n’en sais rien.
        Et comme nous n’avons jamais les corrigés des examen, nous ne savons pas comment cette question est traitée.
        Je ne sais pas si la notion d’obligatoire ou pas, fait consensus au sein des organismes de formation et des autres organisations de représentation.
        Ce serait bien que cette question soit clarifiée une bonne foi pour toute pour tout le monde, avec les conditions d’emploi du dva : obligatoire ou pas, obligatoire en fonction des terrains, en fonction des publics, etc.. pour que les candidats sachent répondre correctement sans se triturer le cerveau, ou que, plus simplement encore, ils arrêtent de la poser en ces termes.
        Donc, je mets un ? pour cette proposition.

    2. Marie-Pierre

      Bonjour Amélie,

      C’est l’éternelle question sans réponse du DVA obligatoire.
      Ça n’est écrit nulle part, dans aucun texte réglementaire à ma connaissance, que le dva est obligatoire , mais dans « obligation de moyens » que l’AMM doit mettre en oeuvre pour la sécurité de ses clients, est ce que l’idée que ça soit obligatoire n’est pas implicite ?
      Evidemment, ça parait loufoque d’équiper des gens de DVA sur une étendue de neige plane sans aucun danger. Moi la première, dans les Pyrénées Orientales, je n’utilise le triptyque qu’avec des clients aguerris et sur des terrains qui peuvent représenter un danger.
      En ce sens, je répondrais que ce n’est pas obligatoire.
      Mais quelle est la politique et le discours à tenir au sein des organismes de formation, en fait, je n’en sais rien.
      Et comme nous n’avons jamais les corrigés des examen, nous ne savons pas comment cette question est traitée.
      Je ne sais pas si la notion d’obligatoire ou pas, fait consensus au sein des organismes de formation et des autres organisations de représentation.
      Ce serait bien que cette question soit clarifiée une bonne foi pour toute pour tout le monde, avec les conditions d’emploi du dva : obligatoire ou pas, obligatoire en fonction des terrains, en fonction des publics, etc.. pour que les candidats sachent répondre correctement sans se triturer le cerveau, ou que, plus simplement encore, ils arrêtent de la poser en ces termes.
      Donc, je mets un ? pour cette proposition.

  2. Henniaux

    Le risque d’avalanche de neige fraîche n’est pas persistant dans ces conditions.( Pour la question concerné)

  3. David

    Bonjour Marie-Pierre,
    Question 2.2. : …pas possible d’encoder ses clients en cas de besoin ? J’avais compris cela comme une mesure de sécurité valable. Il est bien écrit ‘PEUT’ et il me semble logique qu’on s’en sert de la corde qui fait partie de notre équipement obligatoire.

    1. Marie-Pierre

      Bonjour David,
      la formulation de la proposition me fait plutôt penser à un encordement réalisé par un GHM. Un AMM peut seulement se servir de sa corde pour faire une main courante, et l’utilise s’il y a un imprévu sur l’itinéraire, mais tu dois savoir tout ça. Alors, pour la corde aussi, tu dis équipement obligatoire, mais pour certains, ça ne l’est pas…(même pb que le DVA..))
      Bref, je ne pense pas que cette proposition soit à cocher

  4. Noemie

    Bonjour Marie-Pierre

    Pour la question sur les avalanches, il est écrit dans « la vie de la montagne » page 111 :
    « les avalanches de neige pulvérulente (poudreuse) se déclenchent immédiatement ou quelques jours à quelques semaines plus tard par temps froid »

  5. Paul

    Bonjour,
    Pour la question 3.5 Un vêtement de montagne équipé d’une membrane microporeuse
    la réponse « est imper-respirant si la météo est très humide » est-elle réellement correcte ?
    sachant que sur la page
    https://www.ma-boite-a-qcm.fr/le-milieu-montagnard-enneige/les-echanges-thermiques/
    il est mentionné:
    « les membranes imper-respirantes : il faut que l’hygrométrie interne soit supérieure à l’hygrométrie externe et qu’aucune des deux surfaces de la membrane ne soit humide sinon ça ne fonctionne pas. Il faut donc qu’il fasse froid et sec »

    1. Marie-Pierre

      Bonjour Paul,
      oui, les vestes en membranes microporeuse ont leurs limites et l’une d’entres elles et le taux d’humidité de l’air. Je t’avoue qu’en première intention, je n’avais pas coché la réponse « est imper-respirant si la météo est très humide ». Après j’ai commencé à avoir des doutes. Que signifie très humide dans l’esprit du concepteur/correcteur du QCM ? Est ce qu’il pleut des cordes ? Est ce qu’il y a un épais brouillard ? Est ce que je suis en plein effort, statique ? Est ce le concepteur/correcteur veut nous parler de cette limite lorsqu’il pose cette question ? C’est possible
      Donc, peut-être cette réponse n’est pas à cocher, effectivement, je laisse donc un ? sur le corrigé.

  6. Jessica

    Bonjour Marie-Pierre,

    d’abord merci pour le travail énorme que vous faites, et sa qualité.

    J’ai une question concernant la thématique 2, question 4. Je me suis longtemps creusée la tête pour la ligne suivante: « doit être validée avant le test d’entrée en formation spécifique ».

    Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire, « formation spécifique » ? Le seul endroit où ce terme est utilisé pour le diplôme, c’est dans la notion de « milieu spécifique ». J’en ai déduis, hasardeusement peut-être, que la « formation spécifique » pouvait correspondre à l’UF2. Et comme il faut avoir validé le tronc commun et les EPMSP avant de commencer l’UF2, et bien j’ai coché la case.

    Je reste totalement dubitative face à cette question. Vos commentaires / Explications sont les bienvenus !

    1. Marie-Pierre

      Bonjour Jessica, ce que signifie la « formation spécifique » est extrêmement clair. Tous les DE des métiers de l’encadrement des sports de montagne sont divisés en 2 formations : uns formation générale commune à tous les DE de ces métiers, et une formation spécifique à chacun de ces métiers.
      Tu passes la formation commune (FGCMSM) après l’examen probatoire, une fois cette formation commune validée, tu passes à la formation spécifique AMM, c’est à dire les UF1, 2, 3, 4, 5.

    2. Marie-Pierre

      Suite du commentaire précédent. Sachant qu’il n’y a pas de test d’entrée avant la formation spécifique, cette proposition est fausse.
      et ça n’a rien à voir avec les activités qui s’exercent « en milieu spécifique »

  7. Alex

    Bonjour Marie Pierre,
    une fois encore, merci pour ce que tu fais et l’aide que tu apportes aux candidats DE AMM.
    Concernant la question sur la convection en montagne enneigée, j’ai coché que la convection augmente lorsque le vent diminue. En effet, la convection provenant du réchauffement du sol par le soleil, un vent fort peut annihiler tout mouvement thermique. Pourquoi mets tu que la convection est favorisée si le vent augmente?

  8. Ehouarn

    Bonsoir, je te remercie d’abord d’avoir créé ce super site et de l’avoir rendu interactif.

    En ce qui concerne le DVA,
    La question appartient ici à la catégorie « milieu montagnard enneigé » (et pas la partie relative au métier d’AMM). Par ailleurs, lorsque l’on nous demande de réfléchir par rapport à l’AMM, c’est systématiquement clairement indiqué, ce qui n’est pas le cas ici.

    Donc on peut considérer que l’on se demande ici si, pour un randonneur quelconque en montagne enneigée (même sur un plateau ou le risque avalancheux peut être nul), il lui obligatoire de porter un DVA.

    En ce sens, je ne pense pas qu’il faille raisonner selon les prérogatives d’un AMM, puisque le métier n’est pas mentionné.

    Qu’est-ce que tu penses de ce raisonnement ?

    1. Marie-Pierre

      Bonjour Ehouarn, cette question n’aurait de toute façon pas pu se trouver dans la thématique 2. Je pense qu’au contraire sur ce genre de question il faut se placer en tant de professionnel de la montagne et non en tant que randonneur lambda.

  9. Florent

    Un temps sec et froid créé une persistance du risque d’avalanche en plus d’une possible création de couche fragile. J’ai posé la question à plusieurs GHM et professeurs : ils sont tous unanimes, il fallait cocher les deux.

    1. Marie-Pierre

      Bonjour Florent, je te remercie pour ton commentaire. Je vais pouvoir apporter une correction à mes réponses. Bonne journée

  10. soares

    Bonjour, un simple message pour te remercier pour ce site qui est une vraie mine d’information. Documentation et révision faite entièrement avec ton site et QCM validé, donc MERCI.
    Bonne continuation 🙂

    1. Marie-Pierre

      Bonjour Ludovic, je te remercie pour ton commentaire..) et félicitations pour ta réussite. Heureuse d’y avoir contribué. Bonne journée

  11. Julie

    Bonjour Marie Pierre 🙂 merci pour ce travail encore une fois qui nous aide beaucoup. Concernant la question sur le partage des pistes de ski nordique et de raquettes, j’ai coché en plus « peut être partagé ». Dans plusieurs endroits dans les Alpes il m’est arrivé de partager une piste de ski de fond avec des raquetteurs et il y avait un balisage exprès violet « itinéraire partagé ». Je ne me rappelle plus exactement où mais j’ai trouvé quelques liens par exemple https://www.risoul.com/itineraires-partages.html ou encore https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&opi=89978449&url=https://isere-attractivite.com/sites/default/files/webzine/Raquettes_BD/7LAUX.pdf&ved=2ahUKEwjggIyl6J-HAxVnfKQEHbn7AukQFnoECCUQAQ&usg=AOvVaw1_S2cOa_eT_zepha5hu5S7
    Sur le second lien il y a le balisage que j’avais en tête.
    Qu’en penses tu ?
    Bonne journee

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.