Proba Rhône-Alpes 2016

Un petit mot sur le proba Rhône-Alpes,

Peut-être venez-vous de passer le probatoire Rhône-Alpes, qui s’est déroulé dans le Vercors. J’espère que vous y avez brillés! Selon mes infos, sur environ 90 inscrits, une vingtaine de candidats ne se sont pas présentés. La marche-orientation comportait 20 balises, essentiellement en forêt. A l’issue de cette dernière, il restait une vingtaine de candidats pour passer le QCM, rejoints par une douzaine qui devaient le repasser.

Le QCM n’a pas été, visiblement, super facile! Encore une fois, cette épreuve, à priori facile, élimine régulièrement un certain nombre de candidats. Le constat que l’on peut faire, c’est qu’il ne faut pas se contenter de connaître les bases des sujets qui vous sont proposés par le CNSNMM, mais qu’il faut élargir son domaine d’étude aux notions annexes à ces sujets, et bien les comprendre, afin d’être capable, après réflexion, d’en tirer les conclusions qui vous permettront de répondre à certaines questions.

N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions, si vous étiez à Autrans. Et si vous vous souvenez de certaines de vos questions du QCM, merci nous les faire partager, je les mettrai sur le site pour les prochains!

10 Comments

  • Fabrice Répondre

    Bonjour
    Tout d’abord je tiens à te remercier pour la qualité de ton site qui nous aura, un collègue et moi, bien aidé pour le QCM passé à Autrans.
    Nous avions validé les deux autres épreuves sur le probatoire Rhône-Alpes de septembre et nous venons de valider le QCM.
    Sur celui-ci, la definition de l’écologie était demandée, les parcs nationaux, les massifs métropolitains, le bouquetin, le cerf, les animaux avec des bois, les étages en montagne, la photosynthèse, l’ère du Jura, les restrictions en matière de randonnée en montagne, les animaux homochrome, le torrent, reconnaître le sorbier, le résineux qui perd ses aiguilles (le mélèze), les moraines, etc. Je rejoins ton discours quant à la préparation de cette épreuve qui je pense demande rigueur et recherche…
    Bonne continuation dans cette magnifique aventure AMM.
    Bravo aux nouveaux détenteurs du probatoire et bon courage aux autres.
    Sportivement, Fab.

  • phil Répondre

    bonjour, j’étais au proba d’autrans auquel j’ai été admis.
    93 candidats étaient convoqués et seuls 60 sont venus.
    A l’issu de la marche il me semble que nous étions seulement en effet une vingtaine à être convoqués le lendemain. et au final seulement 15 ont réussis le proba à l’issu de l’oral et de l’écrit. L’écrit n’était effectivement pas simple, une question de toponymie sur les cours d’eau ou sur ce qu’est un animal homochrome par exemple.
    Concernant la marche, tout en fôret avec un départ sous la pluie du golf de corrençon truffé de chemins et pistes de ski roue qui en a perdu plus d’un ! Les 3 dernières balises n’étaient vraiment pas facile à trouver ( pour la 18, 3 balises placées sur un même axe à des altitudes différentes) . Un proba « pas facile » ou beaucoup sont rentrés chez eux après la 1ere balise horaire….

    • admin Répondre

      Bonjour Philippe et félicitations pour ta réussite au proba! Bravo également à Fabrice!
      Au plaisir de se retrouver sur une UF!

  • Xavier Répondre

    Bonjour,
    petit retour plus tôt que prévu sur le proba dans les Pyrénées : rdv à Bagnères de Luchon pour le QCM : un peu plus de 160 candidats… pas mal de questions ambigues qui ressemblaient aux tiennes mais tournées différemment. Je pense que malgré tout grâce à ton site il aurait été validé.
    Pour l’orientation, rdv à la station du Mourtis : 19 balises avec 1 première barrière horaire à la n°7 : il n’y avait pas trop de pièges mais par contre certaines sections étaient bien casse gueules et glissantes dans les fougères : beaucoup de chûtes ! pour ma part 15mn d’avance sur la barrière.
    ensuite 2ème barrière à la balise 13 : le niveau était supérieur. Pour ma part je me suis fourvoyé sur la n°9 et j’ai perdu…1heure. J’étais à la limite de l’abandon avant de finalement la trouver. Du coup 50mn pour aller jusqu’à la n°13… finalement je suis arrivé bien cassé après avoir fait le sanglier avec 11mn de retard… Vraiment dommage qu’on ne puisse pas utiliser l’avance obtenue à la première barrière… Le reste des balises me semblait abordable, dommage.
    Maintenant je ne sais pas encore si je retenterai car tous mes projets sont changés. Je suis un peu dégoûté car j’ai 40 ans de montagne dans les jambes et je me sens tout à fait capable d’emmener des groupes en montagne. Maintenant je me suis beaucoup investi et tout abandonner serait dommage mais j’ai toujours peur de me louper sur la prochaine orientation. C’est tellement vite fait. Et puis après les 2 ans de formation ne seront pas de tout repos ! Bref j’ai la sensation que c’est un peu devenu élitiste.
    A priori à l’issue de l’orientation, 42 sur 145 ont réussi.
    En tout cas je peux t’envoyer une photo de la carte si ca t’interesse.
    Bonne continuation à toi.
    Xavier

    • admin Répondre

      Salut Xavier,
      je comprends ta déception, j’ai moi-même passé le proba 3 fois, je l’ai raté 2 fois pour des raisons différentes (PTV la 1ère alors que j’avais toutes mes balises et 1h30 de moins que mon temps max; la 2ème fois j’ai perdu le fil et j’étais tellement mal physiquement que je n’ai pas pu me remettre dedans). Donc effectivement, tu ne sais jamais,même si tu as un bon niveau en orientation, si ça passera le prochain coup, on est jamais à l’abri d’une bêtise ou d’un coup de pompe. Mais, si c’est vraiment ce que tu veux faire, et que la montagne c’est ta passion, ne lâche pas. Donne toi un peu de temps pour récupérer moralement et physiquement, et recommence à te préparer, je suis sûre que ça passera..
      Je veux bien la carte du proba, tu peux me l’envoyer sur fillol.mp@gmail.com.
      Bon courage.

  • Timothé Répondre

    Bonjour, je serais dans le même état d’esprit que Xavier car il semble en effet que l’accès au métier d’AMM soit devenu très élitiste. Je suis le premier à penser que « qui peut le plus peut le moins » mais je pense aussi que « en toute chose l’excès est nuisible ». Je peux comprendre la longueur des parcours, je peux comprendre le nombre de balises (passé de 5 à l’époque du BE à 17 et plus pour le DE) mais j’ai un peu de mal à comprendre la présence des PH et surtout le fait que celle-ci puissent être éliminatoires (???). Manifestement l’orientation est devenu un peu plus facile qu’avant par contre la vitesse d’évolution est devenu prépondérante. Les standards bien connus du monde du trail deviendront-ils dans quelques années les standards du monde de la montagne ? Aura t-on bientôt un proba sans balise et avec un camelback sur le dos ?. Un AMM passera 99,9% de son temps à évoluer « à 2 à l’heure » avec ses groupes de touristes mais pour en arriver là il aura fallu qu’il démontre des capacités de sportif de haut niveau. Demande t-on à un chauffeur de taxi de savoir piloter une F1 ?. Je suis étonné aussi de ne pas voir, sur les qcm, une seule question sur l’orientation (?) ni sur le secourisme (?). Enfin voilà, bien d’autres choses me laisse perplexe dans ce nouvel examen et elles ne me semble pas toutes avoir été bien réfléchies.
    Merci

    • admin Répondre

      Re-bonjour Timothé, C’est drôle ce que tu dis car la mise en place du nouveau proba devait justement servir à faire le tri entre les montagnards et les traileurs. C’est pour cela que le côté technique a été privilégié au détriment du côté physique même si l’épreuve reste bien sûr difficile physiquement.
      Les PH c’est pour faire la sélection entre les bons orienteurs et ceux qui peuvent avoir du bol et éventuellement pallier un manque de technique par une compensation physique. Il faut être régulier dans son pointage de balises tout au long du parcours.
      Pas de question d’orientation au qcm, c’est normal il est sur le milieu montagnard et l’épreuve d’orientation ce n’est pas le qcm, c’est la marche. Pas de secourisme, c’est normal aussi, car le secourisme tu es sensé le voir après, à l’UF1. Je comprends que des choses te laissent perplexes, j’étais moi-même dans ce cas là. Au 1° proba DE dans le Jura en mai 2015 (23 balises), je fini avec 1H15 de moins que mon temps max et toutes les balises. Je crois avoir réussi, et je suis éliminée au PTV alors que je pensais m’en être sortie! Bref, j’étais aussi énervée que toi aujourd’hui. En tout cas, ne t’avoue pas vaincu, ça passera la prochaine fois!)

  • Timothé Répondre

    Bonjour. Effectivement j’ai aussi entendu parlé de ce « tri » entre traileurs et montagnards dans la nouvelle mouture du DE. D’ailleurs, à l’époque du BE, ceux qui couraient pendant le proba n’étaient pas forcément bien vu. Néanmoins, lorsqu’on regarde la carte du proba Corse (et il n’y a aucune raison qu’il soit différent des autres) on constate que les balises étaient particulièrement faciles. Elles étaient directement sur le chemin et certaines étaient clairement visibles à plus de 30 ou 40 m. Maintenant que j’ai l’expérience de ce proba et la connaissance du terrain je peux dire que la carto était extrêmement facile et ne nécessitait même pas l’utilisation de la boussole (sauf pour 3 balises sur 17), tellement facile que cela a surement déconcerté beaucoup de monde. Par contre le timing des ouvertures et fermetures des PH était un peu serré, obligeant les candidats à courir (et non pas trottiner) du début à la fin.
    Alors oui je suis très perplexe quant à la mise en avant du côté technique mais surement pas énervé. J’ai beaucoup appris lors de ce proba et maintenant je sais comment je dois me préparer.

  • Tango Répondre

    Bonjour Marie-Pierre,
    Merci et bravo pour la qualité de ton site, qui m’a été d’une grande aide pour la préparation du Probatoire.
    A Autrans il m’a manqué 5 minutes sur l’ensemble du parcours (beaucoup de temps perdu pour la balise après le terrain varié et surtout sur la dernière où je me suis complètement déconcentré…), dans les Pyrénées, tout s’est bien passé, puisque j’ai fini avec plus d’une heure d’avance.
    Je suis loin d’être un traileur, mais le secret est bien sûr dans la préparation physique, et surtout dans la stratégie d’orientation. Quand les  » balises s’enfilent comme des perles », le mental est au top, et si on reste concentré JUSQU’AU BOUT, l’épreuve se révèle accessible.
    Comme toi il s’agit d’une reconversion, à 53 ans passé dans mon cas, et si je précise mon âge, c’est pour encourager tous ceux, qui nourrice ce projet en 2ème, voire 3ème carrière.
    En guise de formation à l’orientation je me permets de suggérer le site je Jean Daniel GIROUX (Savoie) qui m’a beaucoup aidé, avec une méthodologie très structurée et la découvertes des « possibles pièges du probatoire ».
    http://stageco.chez-alice.fr/
    C’est avec beaucoup de plaisir que je reviens sur ton site en attendant que nos chemins se croisent
    Amicalement

    Thierry alias Tango

    • admin Répondre

      Bonjour Thierry,
      félicitations pour ta réussite dans les Pyrénées. Je suis complètement d’accord avec toi, les erreurs d’orientation ne pardonnent pas. Il n’est pas besoin de courir, mais dés que tu grenouilles sur une ou plusieurs balises tu es cuit.
      Je te remercie pour les infos concernant les stages de préparation au proba.
      Ce serait avec plaisir également que je croiserais ta route, peut-être sur une UF..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *