Les refuges de montagne

Vous avez certainement l’expérience de la vie en refuge, et vous connaissez donc l’essentiel à connaître pour répondre aux questions du QCM qui porte sur « l’expérience de vie en montagne ». Voici cependant, un petit topo qui pourrait vous aider. Je remercie Eric Cheney, un collègue formateur à la Fédération Française du Milieu Montagnard, qui me l’a gentiment transmis. Vous trouverez en gras les points sur lesquels pourraient être posées des questions, ou sur lesquels des questions ont déjà été posées.

Les premiers refuges de montagne sont d’abord apparus sur les grands cols, lieux de passage pour les voyageurs qui effectuaient la traversée des massifs, car à l’origine le refuge était un lieu où l’on se retire pour échapper à un danger, ou bien se mettre à l’abri. 

L’histoire des refuges appartient à l’histoire de l’alpinisme, en accompagnant la conquête progressive des sommets. Les cabanes de bergers et les abris sous roche sont utilisés en premier, puis on aménage petit à petit ces refuges naturels en construisant les murs avec les pierres trouvées sur place.

En France, le premier refuge de montagne fut construit en 1793 sur le site du Montenvers (au pied de la Mer de Glace), mais la plupart ont vu le jour durant la deuxième moitié du 19ème siècle. Il s’agissait alors le plus souvent d’abris rudimentaires, type cabanes de bergers, équipés de couchages collectifs.

Le Club alpin français entreprit dès sa création en 1874 la construction de nombreux refuges. Il gère aujourd’hui un peu plus d’un tiers du parc des refuges de montagne, soit 120, principalement situés dans les massifs des Alpes et des Pyrénées.

La vie au refuge :

Il y a environ 300 refuges en France ouverts au public, ils appartiennent soit à la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (anciennement CAF), soit à des structures publiques (communes, parcs …). Il existe aussi quelques établissements strictement privés. 

En période hivernale et hors gardiennage, certains refuges restent en partie accessibles dans des conditions de confort minimales. 

Autrefois sans formation particulière hormis leur solide expérience du milieu montagnard, les gardiens de refuge sont désormais professionnalisés et progressivement devenus de véritables agents de développement du territoire.

Comme toute communauté, les refuges ont leurs règles de vie et leurs usages communs ou spécifiques qu’il est important de connaître avant d’y séjourner.

La réservation et le contact :

Le nombre de places d’hébergement dans les refuges est variable mais souvent plutôt limité. 

Il est donc important d’effectuer sa réservation, le plus longtemps en avance par rapport aux dates du séjour envisagé, en particulier l’été période de haute fréquentation.

Cette réservation pour les refuges les plus importants se fait aujourd’hui le plus couramment via les sites internet comme :

refuges.info.fr ; ffcam.fr ; gites-refuges.com ; refuges-montagnes.com..

Le contact direct par téléphone avec l’équipe du refuge (si gardé), ou l’organisme gestionnaire (OT, commune, parcs …) est également possible pour les structures moins importantes.

Lors de la réservation, il convient de bien préciser sa demande : dates du séjour, nombre de personnes (adultes/enfants), type hébergement souhaité, alimentation ou pas, …

Comme il faut s’assurer que les prestations correspondent bien à votre attente, encore une fois, même si beaucoup sont rénovés les refuges ne sont pas des hôtels. 

Hébergement : Les refuges de montagne proposent parfois des chambres privatives mais c’est encore rare, et le plus couramment ils sont équipés de dortoirs de plus ou moins grande capacité, de quelques dizaines de places à plus d’une centaine .

Il est aussi parfois possible de trouver un emplacement à l’extérieur dans la zone réservée au bivouac (quand elle existe).

Dans la plupart des hébergements, pour le couchage les couvertures sont fournies, mais en complément il est conseillé d’apporter son sac, ou tout au moins un drap de sac. 

Repas : pris à table en salle commune, dans cet espace de convivialité c’est généralement le meilleur moment pour partager avec les autres convives sa passion de la montagne. 

Les repas peuvent être également pris dans une salle dite « hors sac », si vous avez choisi l’autonomie mais c’est plutôt déconseillé.

La nuit : Généralement, les montagnards se couchent tôt, et se lèvent à l’aube (ou bien avant), Il faut par précaution protéger son sommeil (boules Quiés, …) qui en dortoir sera de toute façon léger.

Le gardien se charge le plus souvent des réveils selon votre demande, mais la grasse matinée est de toute façon exclue. 

L’hygiène : La grande majorité des refuges et gîtes de montagne sont équipés de commodités, (toilettes, lavabos …) mais en nombre réduit ; les douches quand elles existent sont le plus souvent froides (parfois chaudes mais payantes).

Compte tenu des difficultés de ravitaillement de la plupart des refuges d’altitude, quel que soit le niveau de confort proposé il faut en permanence éviter de gaspiller l’eau, précieuse ressource vitale.

Attitudes à  proscrire : 

  • Se promener en chaussures de randonnée à l’intérieur du refuge, une salle à l’entrée (sas) est prévue pour déposer ses chaussures, et mettre des chaussures d’intérieur type « crocs », souvent mises à disposition dans les grands refuges.
  • Faire du bruit après 22 heures (extinction des feux), pour respecter le sommeil de ses voisins de chambrée qui peuvent se lever tôt. 
  • Utiliser son portable (pas ou peu de réseau) qu’il sera de toute façon difficile ou impossible de recharger (prévoir batterie secours).
  • Laisser ses déchets, l’usage en montagne est d’être autonome, on quitte donc le refuge avec ses déchets, le plus souvent ils vous accompagnent jusqu’aux poubelles en bas dans la vallée.

En cas de désistement : Il faut impérativement faire part de cette décision d’annulation le plus tôt possible. Comme il est important de prévenir l’équipe des gardiens si durant la randonnée, des circonstances particulières (mauvaise météo, abandon, …) vous obligent à devoir annuler ou reporter votre nuitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *